Le quotidien face aux lois oppressives


Edward Saïd décrit le problème de la diplomatie –qui est aussi une sorte de dialogue- en termes géographiques : « Ils ont les projets, les cartes du territoire, les colonies, les routes : nous désirons l’autonomie et le retrait israélien mais n’avons aucune information ni pouvoir pour changer grand-chose ».